The Small Issue

Mon enfant refuse de manger des animaux, que faire ?

Lise 12 janvier 2018 Food

Du steak haché au filet de poulet en passant par le jambon blanc, votre enfant rejette sans discernement toute viande que vous lui proposez? Faut-il s’inquiéter pour sa croissance et son développement ? Quelle attitude adopter?

Le rejet de la viande est quelque chose d’assez fréquent au cours de la petite enfance et de l’enfance, particulièrement chez la petite fille, très souvent fan absolue des animaux mignons – preuve en est le rayon filles de 3 à 8 ans chez H&M et son défilé de chatons, lapins et autres bambis. 

C’est donc assez brutalement que l’enfant prend conscience que la viande qu’il y a dans son assiette est bel et bien un animal … mort. S’en suit un questionnement personnel qui l’amène à refuser plus ou moins catégoriquement de manger de la viande qu’elle qu’elle soit, au grand damne des parents inquiets pour sa croissance et son développement.

-Je ne parle donc pas ici du végétarisme (voire du veganisme) de l’enfant, induit par des parents eux mêmes végétariens ou vegans qui est un autre sujet dont je pourrai parler ici si ça vous intéresse.-

Dois-je m’inquiéter?

Non!

Comme je vous l’expliquais ici l’alimentation de vos enfants ne doit pas être une source d’inquiétude pour ne pas devenir un combat. Manger doit rester un plaisir et les repas ne doivent pas être un moment de stress ou de pression, alors on reste cool 🙂

Que contient la viande?

Elle contient essentiellement : des protéines, des lipides et du fer

  • Les protéines : tant que votre enfant accepte de manger des produits laitiers, des oeufs et du poisson, aucun risque de carence. Actuellement dans les pays développés, la tendance est plutôt à la surconsommation de protéines que l’inverse.S’il refuse catégoriquement tout produit animal (ce qui est beaucoup plus rare), proposez lui des sources de protéines végétales : le tofu et ses dérivés (steak de tofu ou de céréales et légumineuses), ou une association de céréales + légumes secs dont les protéines se complètent pour devenir aussi efficaces que celles de la viande. Exemple : riz/lentilles, semoule/pois chiches, riz/haricots rouges etc..
  • Les lipides : ceux contenus dans la viande sont essentiellement saturés, donc les moins importants. Une petite détox de graisses saturées ne sera donc pas un problème, au contraire.
  • Le fer : c’est le fer animal qui est le mieux absorbé par l’organisme, mais on en trouve en bonne quantité dans les oeufs, dans les poissons gras et dans les coquillages. Côté végétaux, il y a beaucoup de fer dans les légumineuses (lentilles, pois chiches, pois cassés, haricots rouges …) et dans les oléagineux (noisettes, amandes, noix …). Notez que l’absorption du fer est améliorée par la vitamine C, d’où l’intérêt de leur proposer une clémentine ou un kiwi à la fin du repas.

Quelle attitude adopter ?

C’est une cause plutôt loyale de sa part, inutile de la dénigrer ou de le convaincre de changer d’avis. En revanche, intéressez-vous à son choix, posez lui des questions sur ses motivations, expliquez lui qu’en supprimant une catégorie d’aliments de ses repas, il faut être plus attentif au reste.
Sortez des sentiers battus en lui faisant goûter du quinoa, du boulgour, des recettes à base de légumineuses, des steaks végétaux. Faite de cette expérience une occasion de l’ouvrir à de nouvelles saveurs.

Il est vraisemblable qu’il se remette du jour au lendemain à remanger de tout, sans explication. Les adultes végétariens le sont rarement depuis leur plus tendre enfance!

Vous aimerez aussi...

Leave A Response