The Small Issue

Comment faire manger des légumes aux enfants ?

16 juin 2017 Food

S’il est relativement facile de faire manger sa purée d’épinards à Romy, 18 mois, il est de plus en plus compliqué de négocier avec Rose, 3 ans ½ quand il s’agit de manger des légumes.
Et pour cause… Entre 2 et 3 ans, l’enfant commence à manifester ses préférences alimentaires de manière évidente, mais également ses aversions. C’est la période de « fermeture à la nouveauté alimentaire » – ou néophobie -, qui durera plusieurs années avec un pic vers l’âge 5/6 ans – coucou la phase « je veux des pâtes » tous les soirs !.

Alors, comment réagir ? Vous avez déjà essayé de forcer un enfant de 6 ans à manger un aliment contre sa volonté ? Je vous le dit tout de suite : ça ne marche pas. Et inutile de faire un bras de fer avec lui, il gagnera toujours. L’enfant de 6 ans est doté d’une volonté et d’un entêtement à toute épreuve.
En insistant et en menant une guerre sans merci, il risque simplement de prendre en grippe les aliments source de conflits et d’en garder une piètre image jusqu’à l’âge adulte. Ce qui est précisément ce que l’on veut éviter.

Alors, comment on fait  ?

L’enfant lambda n’est pas friand de légumes cuits mais se laissera plus facilement séduire par des légumes crus.

Présentez-lui une assiette de courgettes ou de brocolis, il n’y jettera ni un regard, encore moins une cuillère. En revanche, proposez lui des crudités colorées épluchées et coupées, il les croquera sans même y penser, surtout s’il peut les manger à la main ! Ca croque, c’est frais et c’est ludique, quoi de mieux ?
Une solution imparable : commencer chaque repas par un petit bol remplis au choix : de carottes ou de concombres en bâtonnets, de tomates cerises, de fleurettes de chou-fleur (oui, même le chou-fleur ça marche !) ou encore de fenouil en tranches.
Ou comment faire manger à Rose sa dose de légumes quotidienne ni vu ni connu.
On peut ensuite capituler sans scrupule avec au choix les sacro-saintes pâtes, le riz, les pommes de terre ou autres gnocchis.

Autre solution : on feinte et on camoufle

L’enfant de 6 ans est, certes, entêté, mais il est aussi très influençable et pas vraiment fin observateur …
On tente donc d’introduire un légume (et un seul !) dans une recette qu’il aime : quelques dés de tomates dans une quiche, quelques morceaux de carottes dans du riz, du poivron sur une pizza, des courgettes dans les pâtes.

Il commencera certainement par froncer les sourcils et à demander des justifications sur l’intrus qui s’est glissé dans son assiette. Mais si vous réussissez à captiver son attention pendant qu’il mange, il finira probablement par se rendre compte que : au pire, ça n’est pas si mauvais, au mieux, c’est presque bon.

La purée

Et oui, tout simplement ! Mixez de la pomme de terre avec un légume – courgette, carotte, potiron ou céleri pour les plus motivés. Cela fonctionne plus ou moins bien selon les enfants, mais ça vaut le coup d’essayer.

Mais encore…

Il y a également la solution qui consiste à déguiser son assiette : en faisant un bonhomme par exemple. Des haricots verts en guise de cheveux, des tomates cerise pour les yeux, une rondelle de concombre pour le nez etc …

Vous pouvez également le faire participer à la préparation du menu. Généralement l’enfant adore aider, vous pouvez donc lui confier une tache à la hauteur de ses compétences (éplucher des courgettes à l’économe par exemple), l’enfant va commencer à se familiariser avec l’ennemi et se sentir valorisé. Il voudra probablement gouter son œuvre à l’issue de la séance de cuisine.

Enfin, si votre enfant refuse catégoriquement tout légume quelle que soit leur forme : cuit, crus, en purée… Pas de panique ! Il ne va pas être foudroyé par une carence en vitamines (qui est quasiment inexistante dans les pays développés). Il faut savoir que l’enfant est un être curieux qui a une forte tendance au mimétisme. Alors n’insistez pas, mais mangez à côté de lui des légumes sous toutes leurs formes à grand renfort de « miam, qu’est-ce que c’est bon quand même le brocoli ! ». Il finira forcément par être intrigué et se laisser tenter.

En attendant que ce soit le cas, proposez-lui des fruits frais qui apportent leur lot de vitamines et de minéraux, et qui sont moins diabolisés par nos têtes blondes. Et vous les parents, vous avez d’autres astuces efficaces pour faire manger des légumes à vos enfants ?

Un article de Lise, diététicienne et auteure des Frites vertes.

Vous aimerez aussi...

Leave A Response